Soutien et convivialité, rencontre avec Jules et Julies

Association reconnue dans le milieu LGBT ( Lesbiennes, Gays, Bi et Trans ) Toulousain, Jules et Julies bat le pavé de la ville rose depuis bientôt vingt ans. Sensibilisation du public, aide et soutien aux personnes en difficulté, Jules et Julies a su par ses actions s’implanter avec brio dans le paysage universitaire Toulousain.

Afin d’en savoir plus, je pars à la rencontre de trois adhérents. L’un d’entre eux, Antoine, va m’expliquer comment fonctionne l’association. Emeline et Kevin quant à eux vont me parler de leur parcours personnel.

Une petite présentation ?

Antoine : « Je m’appelle Antoine, j’ai 20 ans. Je suis étudiant en psychologie à l’université du Mirail. Ça va faire 2 ans que je suis adhérent chez Jules et Julies. J’y occupe le poste de trésorier. »

Qu’est-ce que Jules et Julies ?

« […] le but est de créer un espace où les gens se sentent libres de discuter de tout et de rien, sans à priori. »

Antoine : « La plus vieille association qui se revendique LGBT sur Toulouse. Ca fait plus de 18 ans qu’elle existe. Elle a deux axes principaux: convivialité et prévention santé.   L’association vient de l’université du Mirail, son cœur est là-bas. Elle y est très active. Nous tenons des permanences, dont le but est de créer un espace où les gens se sentent libres de discuter de tout et de rien, sans a priori. On mange souvent des gâteaux, des crêpes… Les gens apprécient vraiment ce moment de partage. 

_JBE2037

A gauche, Kevin, adhérent Jules et Julies. A droite, Antoine, trésorier de l’association.            Crédit photo El mouch

Nous avons 49 adhérents sur l’année scolaire 2014-2015. Il y a à peu près 40 garçons pour 10 filles… Ce manque de parité est dommage. Je pense que les filles se sentent moins concernées, ou bien ont peur de se retrouver entre elles, je ne sais pas. On se pose souvent la question. On aimerait vraiment qu’elles osent venir nous parler. Concernant les sympathisants à Jules et Julies, qui nous soutiennent et nous assistent régulièrement sans pour autant être adhérents, il y a plus de 75 personnes. »

Pourquoi cette association a-t-elle vu le jour ?

« Certaines personnes vivent de véritables drames au sein de leur famille, avec leurs proches. »

Antoine : « Objectif premier : permettre aux gens de s’exprimer librement dans un milieu convivial. Beaucoup de gens souffrent en silence des a priori sur les orientations sexuelles jugées « déviantes » par certains. Certaines personnes vivent de véritables drames au sein de leur famille, avec leurs proches. Dans ces cas là, on est là pour parler, pour aider.

L’association accepte tout le monde, même les hétérosexuels! Le public principal reste les étudiants, mais des personnes plus âgées peuvent évidemment nous rejoindre. A partir du moment où quelqu’un est dans la demande, on ne peut pas lui montrer la porte. Certains adhérents sont d’anciens étudiants qui ne nous ont jamais quittés ! »

Comment agit concrètement sur le terrain Jules et Julies ?

Antoine : « Elle mène plusieurs actions sur le long terme, avec des permanences sur les facultés Paul Sabatier (tous les quinze jours, le jeudi soir de 16h30 à 20h30) et au Mirail (le jeudi, toutes les semaines de 12h à 14h). Nous sommes également présents dans le centre-ville (tous les premiers et troisièmes samedis du mois, à l’espace des diversités et de la laïcité, de 14h à 18h). 

On effectue souvent des interventions dans les bars, et les boîtes de nuit. Ça permet aux gens qui ne nous connaissent pas de venir nous parler. Concernant la prévention santé, on met toujours des préservatifs masculins et féminins à disposition, car on sait bien que ce n’est pas facile pour tout le monde de passer à la caisse du supermarché avec ces produits, sans parler du coût. 

« Nous sommes particulièrement mobilisés lors de la journée mondiale contre le sida. »

Parfois, on propose également aux adhérents de suivre des formations gratuites. Celles-ci leur permettent d’accompagner les intervenants d’Arc en Ciel (association LGBT) en milieu scolaire, afin d’y faire de la prévention.

Nous sommes particulièrement mobilisés lors de la journée mondiale contre le sida. On tient alors un stand de distribution de préservatifs, on fait de la prévention, on informe les gens… On est très investi aux côtés des autres associations ce jour là.

Le jour de la marche de la fierté, on installe également un stand, avec un max d’infos sur nous et sur le milieu LGBT en général. On mobilise un char, que nos adhérents décorent pour le défilé. C’est la journée qui nous mobilise le plus en terme de sensibilisation du public. On a beaucoup de retours positifs. »

Jules et Julies, association politisée ?

Antoine : « Non, on se veut le plus neutre possible. Aider les gens est notre priorité. D’autres mouvements LGBT se chargent du combat politique. Ce n’est pas notre raison d’être. »

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

Antoine : « Le plus gros travail qu’on a du mal a mettre en place, c’est d’avoir des préservatifs en libre service partout. Les distributeurs existent, mais ils sont tous payants. En dehors de nos distributions et interventions, il faut payer. Ce n’est pas normal.

_JBE2159

Kevin, Emeline, Antoine. Crédit photo El Mouch

Une difficulté toute autre que nous rencontrons, c’est qu’au final, très peu de gens nous connaissent. Même le sigle LGBT est très peu connu.

« On n’est pas Meetic ni Badoo, on est une association d’aide et de prévention ! »

Ensuite, nous faisons face à certains propos négatifs, venant de personnes ne nous comprenant pas. On nous a reprochés d’être un repaire à folles, d’être un lieu de rencontres à but sexuel… C’est faux ! On n’est pas Meetic ni Badoo, on est une association d’aide et de prévention ! On essaye vraiment de casser les clichés nous collant à la peau. Pendant les actions, certaines personnes nous prennent à parti, et ce de manière très agressive. On peut avoir à gérer des débats houleux. Par exemple on peut parfois avoir affaire avec des personnes qui considèrent que nous ne sommes pas une vraie association…

Malgré tout, à Toulouse, ça se passe tout de même relativement bien. On est très bien accueilli dans les facs, on s’y sent bien. On est souvent sollicité pour des actions en milieu universitaire. Des associations viennent souvent nous proposer des partenariats ponctuels. »

Un dernier mot ?

« On est apprécié pour notre travail, les gens sont heureux de venir nous rencontrer. »

Antoine : « Je persiste à penser que les associations sont le meilleur recours pour les personnes en difficulté, qu’elles souffrent de mépris de la part de proches ou tout simplement qu’elles soient demandeuses de conseils… Jules est Julies, encore une fois, est la plus vieille association LGBT sur Toulouse. On est apprécié pour notre travail, les gens sont heureux de venir nous rencontrer. On fera tout pour que ça continue ainsi. »

Nous laissons maintenant la parole à Kevin et Emeline, deux nouveaux adhérents au sein de Jules et Julies.

Pouvez-vous vous présenter? 

Kevin : « 19 ans, je suis à l’université du Mirail en lettres modernes. Je ne suis pas de Toulouse, et quand j’ai vu qu’en ville il y avait un centre LGBT, j’ai foncé. Je suis fier et heureux d’y avoir adhéré. Je suis homosexuel. »

_JBE2107

Crédit photo El Mouch

Emeline : « 19 ans également, deuxième année de licence d’italien. Je suis d’Agen. Là bas, il n’y a rien pour les homosexuels et les bisexuels. En arrivant à Toulouse, J’ai eu envie de m’investir dans Jules et Julies, pour aider les gens dans ma situation. Je suis bisexuelle. »

L’annonce de votre orientation sexuelle auprès de votre entourage a-t-elle bien été accueillie?

« Quant je suis arrivé à Toulouse, c’était la libération. »

Kevin : « Concernant ma famille proche, c’est assez bien passé. J’ai été chanceux. Mais côté pratique, dès qu’on parle sexe avec ses amis hétéros, ben ça passe pas. Ça jette un froid. Sans parler des remarques, « je sais que t’es gay, me fais pas trop de câlins, on sait jamais… ». C’est bien d’avoir des amis gays, qui nous comprennent. Quant je suis arrivé à Toulouse, c’était la libération. Ma mère est venue me voir, elle a vu des couples gays dans la rue. Ca l’a étonnée. »

Emeline : « Ça a été très bien accepté dans ma famille, ma mère m’avait beaucoup sensibilisé à ce sujet dès mon plus jeune âge. Mes amis l’ont bien pris, même si comme Kevin j’ai dû subir certaines remarques, comme quoi je papillonne, que j’arrive pas à me décider… Certains amis gays m’ont même dit que je traversais une étape, que bientôt je m’assumerai en tant que lesbienne. Impossible de comprendre la bisexualité en tant que telle ! C’est marrant que les homos veulent normaliser ainsi la sexualité. Ils sont de plus en plus acceptés et compris, mais concernant les bisexuels il y a encore du chemin à faire. »

Pourquoi avoir adhéré à Jules et Julies ?

Kevin : « J’avais besoin de trouver un côté convivial, de rencontrer d’autres gays. Quand je suis arrivé, j’étais accueilli de suite avec le sourire, ça fait plaisir de rencontrer des gens comme moi. Il y a des jeunes, des vieux, dans une super ambiance, c’est vraiment super ! »

« Le but premier, pour moi, c’était de respirer. »

Emeline : « On parle beaucoup d’homophobie mais on ne parle jamais de biphobie. Beaucoup ne me comprennent pas, je veux aider ceux qui sont dans la même situation que moi. Rencontrer des gens qui ont la même vision du monde. Le but premier, pour moi, c’était de respirer. »

_DSF1107

Crédit photo El Mouch

« Je veux aider cette asso à aider les gens qui souffrent en silence de leur sexualité, qui ont honte et qui n’assument pas. »

 Kevin : « La rencontre de personnes nous ressemblant est très difficile, Jules et Julies m’a vraiment aidé de ce côté là. J’avais envie de m’investir dans l’associatif. Même si mon coming out s’est vraiment bien passé, je ressentais le besoin de rencontrer des gens traversant les mêmes choses que moi… Ce qu’on peut entendre à droite à gauche de négatif sur les gays me causait quelques tracas. Jules et Julies m’a aidé à m’assumer, vraiment. Je veux aider cette asso à aider les gens qui souffrent en silence de leur sexualité, qui ont honte et qui n’assument pas. Il faut rassurer les gens ! »

« Je ne veux plus entendre que les bisexuelles sont des nymphomanes […] »

Emeline : « Pour vaincre les clichés. Je ne veux plus entendre que les bisexuelles sont des nymphomanes par exemple. A part ma famille, avant Jules et Julies, personne ne me comprenait ! »

Comment voyez-vous votre avenir au sein de Jules et Julies?

Emeline : « Militer encore plus pour les droits des homosexuels. Je trouve important par exemple que les homos puissent donner leur sang. »

Kevin : « Tout le monde croit que c’est fini cette interdiction, mais non ! On ne peut pas donner notre sang ! Les homos, forcément dans le cliché collectif, sont nymphomanes et couchent avec n’importe qui. Ils te disent, t’es homo, ton sang est contaminé ! »

« Faut pas avoir peur de nous, on est normaux ! »

Emeline : « Surtout que la déclaration d’homosexualité ne peut être vérifiée ! J’ai un ami qui ment pour donner son sang ! Personne ne peut savoir qu’il est homosexuel ! De toutes façons c’est ridicule. Hétéro ou homo, ils analysent le sang avant de le donner. Donc si quelqu’un est malade, son sang sera détruit. »

Antoine : « Si je peux me permettre, pour en revenir à la question, tant que je resterais vivre à Toulouse, je resterai investi à Jules et Julies. Après, c’est bien de s’investir, mais il faut faire attention au rôle que l’on joue. Je ne sais pas si un poste de trésorier est fait pour moi ! Mais quoi qu’il en soit, je ne suis pas prêt de quitter l’asso ! »

_JBE2097

Crédit photo El Mouch

Un mot pour la fin?

Emeline : « Faut pas avoir peur de nous, on est normaux ! »

Propos recueillis par Le Chat et Matou.

Article griffé par Gros Minet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s