L’université Jean Jaurès en ébullition

Je me lève tôt ce 25 novembre puisqu’un blocus de l’université Jean Jaurès (Mirail) avait été annoncé la semaine dernière lors de l’assemblée générale du 20 Novembre. Je me rends donc sur place à 8h pour en savoir plus.

10313422_10152519197441279_5443092342809981981_n

Crédit photo : Chat Graff

Une université occupée

Arrivé sur place, je me rends compte que l’université en plus d’être bloquée est également occupée. Une cinquantaine de personnes s’est installée sur la pelouse du campus et a construit un petit village. Tentes, point info, zone d’interpellation chaleureuse et cabanes dans les arbres sont au rendez vous. Ces occupants, pour la plupart proches des idées zadistes, occupent les lieux pour lutter contre la privatisation des universités. En créant un village « auto-géré », ils tentent de prouver également qu’il est possible de vivre en respectant l’environnement.

Visite en images des lieux occupés et de l’ambiance qui y règne.

1424532_10152519195716279_4155848497860016906_n

Crédit photo : Chat Graff

1932327_10152519196926279_1421777373937718059_n

Crédit photo Chat Graff.

10408012_10152519195881279_6696156154424630779_n

Crédit photo : Chat Graff

1422517_10152519196056279_3274668340045194739_n

Des occupants passent le temps en jouant à la Slackline. Crédit photo : Chat Graff

1902020_10152519195656279_1112919082016026095_n

Zone d’occupation. Crédit photo : Chat Graff

10389024_10152519197201279_829103295034945520_n

Séance de Yoga.

10404230_10152519195706279_5006884557138187751_n

Accueil de la ZIC. Crédit photo : Chat Graff

10599520_10152519196486279_1065199892413316666_n

Construction d’un four en terre cuite. Crédit photo : Chat Graff

pont-43

La Zone d’Interpellation Chaleureuse. Crédit photo : Chat Graff

pont-55

Les occupants préparent le repas.

pont-54

Crédit photo : Chat Graff

pont-53

Un prof donne un cours improvisé. Crédit photo : Chat Graff

pont-51

Sensibilisation du public présent. Crédit photo : Chat Graff

pont-49

Les occupants s’amusent.

pont-44

Construction d’une cabane dans les arbres.

IMG_9564

Les occupants proposent des câlins gratuits.

Un blocus qui ne fait pas l’unanimité

Je me dirige ensuite vers le restaurant universitaire où se trouveJean-Michel Minovez, le président de l’université. Il annonce sont désaccord vis-à-vis du blocus. Des cris fusent. Selon certains occupants, il aurait engagé un service de sécurité privé et une altercation aurait eu lieu entre un chien de garde et un occupant. Je me dirige, par la suite, vers l’entrée de l’ancien RU. Les bloqueurs sont déjà rassemblés devant les portes d’entrée des classes de cours.Certains sont cagoulés. Il font face au service de sécurité de l’université. La situation est tendue.

Jean-Michel Minovez. Crédit photo : le Matou

22

La sécurité du Mirail. Crédit photo : Chat Graff

10397980_10152519195886279_6483450285154256239_n

Les bloqueurs condamnent les portes d’entrée. Crédit photo : Chat Graff

DSC_0310

La sécurité essaye d’empêcher les bloqueurs de condamner les portes. Crédit photo : le Matou

23

Certains élèves arrivent à rentrer en cours. Crédit photo : le Matou

26

Affiches relatant les différentes violences policières. Crédit photo : le Matou

Je retourne sur le centre du campus. Seul le foyer de géographie est ouvert. Le reste des couloirs et des portes d’entrée des UFR sont bloquées par un amoncellement de chaises et de tables. Les bloqueurs veillent à ce que rien ne soit dérangé.

10372759_10152519195916279_3960741678012761450_n

Les couloirs sont bloqués. Crédit photo : Chat Graff

pont-45

Crédit photo : Chat Graff

pont-46

pont-48

Remy, jeune étudiant et bloqueur s’exprime devant moi :

« Je n’aime pas trop bloquer, mais c’est pour nous la seule solution afin de toucher le plus de personnes possible. On bloque pour exprimer nos convictions. Ce que nous combattons ? La privatisation de nos universités.

L’état reconstruit l’université Jean Jaurès et demande à Vinci de mener les travaux. Les travaux sont payés avec l’argent du contribuable et lorsque’ils seront finis, ce lieu appartiendra à Vinci et l’Etat devra leur verser un loyer. Avec quel argent? Encore le notre. Des filières comme la philosophie ou la sociologie seront emmenées à disparaître car trop peu rentable. C’est inadmissible.

Ensuite, nous sommes également contre ces grands travaux coûteux et inutiles qu’entreprend l’Etat. Sivens n’est qu’un des nombreux exemples.

Enfin, nous sommes contre les violences policières commises à l’encontre des manifestants et contestataires, quelles que soient leurs revendications »

Une AG mouvementée

27L’AG débute à 14h. L’amphi 8 est rempli bien au delà de ses capacités d’accueil. Bloqueurs, occupants, anti-blocus, profs, syndiqués, non syndiqués sont tous présents.

10

L’amphi remplis à raz-bord. Crédit photo : le Matou

10391454_10152519198066279_6973799898922584118_n

Certains sont prêts à faire entendre clairement leurs opinions. Crédit photo : le Chat Graff

AG

Tribune des organisateurs.

28

Comme d’habitude nous ne sommes pas les seuls. Crédit photo : le Matou

29

La touche d’humour est toujours présente. Crédit photo : le Matou

Dès les premières minutes, la tension est à son comble. Je sens la colère des personnes présentes dans cette salle. Des mots comme « révolution » ou « grève » fusent dans l’amphithéâtre. Malgré les demandes incessantes des organisateurs de l’AG, le silence est difficile à mettre en place.

10417790_10152519198241279_795301380654469304_n

Un organisateur demande le silence. Crédit photo : le Chat Graff

DSC_0785

Des étudiantes en langue des signes font la traduction de l’AG pour les mal-entendants.

La première partie de l’AG donne un temps de parole à tous ceux qui le souhaitent pour exprimer leurs idées, quelles qu’elles soient. Beaucoup de sujets sont abordés : le blocus, les violences policières, la privatisation de l’université, le raz le bol total, la grève etc… Lorsque les gens sont contre, ils doivent croiser les mains en hauteur. À l’inverse l’avis positif est symbolisé par des mains agitées en l’air.

10360892_10152519198961279_386506285868691326_n

Prise de parole. Crédit photo : le Chat Graff

4

Les mains en l’air pour le OUI et les bras croisés pour le NON. Crédit photo : le Matou

L’AG est longue et dure. La bienséance est parfois rompue. Une altercation éclate dans la salle. Des coups fusent. Une jeune femme pour la mise en place de moyens alternatifs de manifestations nous explique qu’elle vient de se faire insulter. Un partisan du blocage lui aurait lancé : « Qu’est-ce que t’en sais toi, BCBG de merde ? Ferme ta gueule ! »

L’AG se termine par les votes. Là aussi, les propositions fusent dans un désordre évoquant étrangement les séances parlementaires de l’Assemblée Nationale. Certains étudiants demanderont le recompte des votes ou même encore, que certains aux idées opposées sortent de la salle. Les organisateurs appellent alors au calme et les motions se voient acceptées pour certaines et refusées pour d’autres.

Le résultat des votes :

L’AG à voté POUR les motions suivantes :

  • La poursuite de la grève ;
  • Le soutien aux grèves du personnel à partir du 11 décembre ;
  • Le maintien d’un blocage ponctuel lors des journées de mobilisation (27/11) ;
  • Un rassemblement autour des bâtiments de l’administration le mercredi 26 novembre ;
  • La banalisation de certaines journées de cours (confirmée par un communiqué du président de l’université) ;
  • L’occupation d’un prochain Conseil d’Administration de l’université ;
  • La solidarité avec les manifestants de Ferguson aux Etats-Unis ;
  • L’augmentation des aides pour les étudiants handicapés ;
  • Le gel des prochains frais d’inscription ;
  • Titularisation des membres précaires du personnel ;
  • La suppression des vidéo-surveillances universitaires, des organismes de sécurité privé et des maîtres-chiens à l’intérieur de l’université ;
  • La restitution des bandes de surveillance révélant les visages de certains participants au blocage ;
  • Extension du mouvement aux lycées et autres universités ;
  • Organisation d’une université alternative ;
  • Retrait de la plainte de Jean-Michel Minovez…

L’AG à voté CONTRE les motions suivantes :

  • Le blocage maintenu jusqu’à la prochaine AG (27 novembre) ;
  • Le décalage de l’AG à 20h ;
  • L’organisation d’un blocus économique ;
  • L’exclusion d’un fonctionnaire du Ministère de la Défense mandaté dans le cadre du plan vigi-pirate.

Remerciement à Chat Graff et au Matou

Article griffé par le Chat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s